La loi de bioéthique en cours d’examen au Parlement apportera des modifications sur le cadre de l’assistance médicale à la procréation. Les contenus de ce site seront actualisés une fois la loi promulguée et, au fur et à mesure de la publication des décrets d’application.

Méthode permettant de supprimer ou de réduire la douleur sans être obligé d’endormir le patient. L’analgésie évite l’utilisation de l’anesthésie générale.
Spécialité médicale s’intéressant aux troubles de l’appareil reproducteur masculin (fertilité ou érection et éjaculation par exemple).
Représentation graphique du raisonnement suivi par le médecin pour faire un diagnostic, proposer un traitement ou faire le choix d’une technique d’AMP dans le cadre d’une pathologie déterminée.
Stade précoce du développement de l’embryon humain qui se situe entre le 5e et le 7e jour après la fécondation.
Examen des chromosomes contenus dans le noyau d’une cellule et qui sont le support de l’information génétique. Cet examen permet le diagnostic de certaines maladies génétiques.
Tuyau fin et souple servant à inséminer les spermatozoïdes (lors d’une insémination artificielle) ou à transférer les embryons (après une fécondation in vitro), dans la cavité utérine.
Technique chirurgicale permettant l’observation des différents organes situés dans la cavité abdominale (les trompes, les ovaires et l’utérus par exemple) à l’aide d’une fibre optique. La cœlioscopie est utilisée pour le diagnostic de certaines pathologies et pour réaliser certaines interventions chirurgicales.
Voie de passage entre le vagin et l'utérus.
Méthode d’examen indolore utilisant les ultrasons, permettant de visualiser les organes génitaux (en particulier les testicules, les épididymes, la prostate et les glandes) concourant à l’élaboration du sperme.
Méthode d’examen indolore utilisant les ultrasons, permettant de visualiser les organes génitaux (en particulier les ovaires, la cavité utérine et les trompes), et de surveiller le développement des follicules situés dans les ovaires.
Sperme émis au cours de l’éjaculation constitué du liquide séminal et des spermatozoïdes.
Émission de sperme par la verge au moment de l’orgasme.
Premier stade de développement après la fécondation d’un ovocyte par un spermatozoïde. On parle d’embryon dès la fusion des noyaux de l’ovocyte et du spermatozoïde. La phase embryonnaire se termine au 3e mois de grossesse. On parle ensuite de fœtus jusqu’à la naissance.
Paroi qui tapisse l’intérieur de la cavité utérine, encore appelée « muqueuse utérine » ou « dentelle utérine ». C’est le site d’implantation de l’embryon. Au moment des règles, la partie la plus superficielle de l’endomètre se détache de l’utérus, provoquant des saignements.
Canal situé à la sortie de chaque testicule permettant le transport des spermatozoïdes qui se sont formés dans le testicule vers le canal déférent en vue de leur éjaculation.
Analyse des sécrétions hormonales élaborées par le testicule : testostérone, FSH, …
Étape de la reproduction correspondant à la pénétration d’un spermatozoïde à l’intérieur d’un ovocyte et qui vont s’unir pour former un embryon.
Capacité pour un couple à concevoir, c’est-à-dire de débuter une grossesse.
Stade du développement embryonnaire allant du 3e mois de la grossesse jusqu’à l’accouchement.
Formations arrondies situées dans les ovaires, formées d’un ovocyte entouré de cellules nourricières et contenant un peu de liquide. Au cours de sa croissance, le follicule est visible à l’échographie, contrairement à l’ovocyte, qui lui est trop petit pour être vu.
Hormone féminine favorisant la croissance et la maturation des follicules dans l’ovaire, produite par une glande située à la base du cerveau (l’hypophyse).
Cellules reproductrices humaines, le spermatozoïde chez l’homme et l'ovocyte chez la femme.
Sécrétion produite par les glandes du col de l’utérus ayant un aspect de gel visqueux. En période d’ovulation, sous l’effet des hormones, elle devient plus abondante et perméable aux spermatozoïdes, qui peuvent ainsi pénétrer à l’intérieur de l’utérus.
Diminution de la capacité pour un couple à concevoir, c’est-à-dire de débuter une grossesse.
Radiographie de l’utérus et des trompes, effectuée après injection par le col de l’utérus d’un produit chimique opaque aux rayons X, rendant visible la cavité utérine et les trompes.
Échographie utérine permettant de visualiser l’utérus et sa muqueuse.
Examen permettant de visualiser le contenu de la cavité utérine à l’aide d’une fibre optique introduite par le col de l’utérus. Cet examen permet de réaliser un diagnostic et des biopsies (prélèvement de l’endomètre utérin ou de structures anormales).
Technique d’assistance médicale à la procréation (en anglais « Intra Cytoplasmic Sperm Injection »). On appelle également cette technique « micro-injection », « fécondation assistée » ou « fécondation avec micromanipulation ».
Processus par lequel l’embryon se nide dans l’endomètre, où il va se développer pendant toute la durée de la grossesse.
Fait pour un couple de ne pas avoir eu l’enfant souhaité.
Technique d’imagerie permettant de visualiser certaines parties du corps en deux ou trois dimensions, plus particulièrement les tissus mous (par exemple, l’hypophyse). C’est un examen non invasif, indolore et n’irradiant pas, basé sur le principe de l’aimant (« Imagerie par Résonance Magnétique »).
Hormone d’ovulation produite par une glande située à la base du cerveau (l’hypophyse), qui participe à la maturation de l’ovocyte juste avant l’ovulation. Elle permet la production de la progestérone après l’ovulation au niveau des résidus du follicule ayant été ovulé.
Liquide biologique fabriqué par des glandes génitales masculines (prostate et vésicules séminales principalement) émise au moment de l’éjaculation. Le liquide séminal contient les spermatozoïdes.
Stade évolué d’un follicule ou d’un ovocyte qui est considéré comme étant mûr. L’ovocyte à maturité peut, après fécondation, donner un embryon capable de se développer.
Paroi qui tapisse l’intérieur de la cavité utérine, également appelée « endomètre » ou « dentelle utérine ». C’est le site d’implantation de l’embryon. Au moment des règles, la partie la plus superficielle de la muqueuse utérine se détache de l’utérus, provoquant des saignements.
Implantation naturelle de l’embryon dans la paroi de la cavité utérine.
Hormone féminine produite par le follicule, diffusant dans le sang pour agir sur les organes de l’appareil génital. L’œstradiol est normalement très abondant au moment de l’ovulation.
Organes féminins de la reproduction, au nombre de deux, situés de chaque côté de l’utérus. Encore appelés « gonades féminines », les ovaires fabriquent les cellules reproductrices féminines (ovocytes) et les hormones féminines (œstradiol et progestérone principalement).
Cellule reproductrice (gamète) de la femme, encore appelée « ovule », contenue dans un follicule. L’ovocyte est sphérique et rempli d’une solution liquidienne appelée « cytoplasme ».
Expulsion hors de l’ovaire d’un ovocyte mûr provenant d’un follicule mature. Théoriquement, l’ovulation a lieu vers le 14e jour du cycle menstruel. Après l’ovulation, le site où s’est produit l’ovulation va se transformer en glande (le corps jaune), qui sécrète de la progestérone.
Conditionnements pour échantillons biologiques de petit volume permettant de conserver des petites doses de sperme congelé. Les paillettes résistent à de très basses températures et garantissent ainsi la sécurité des échantillons.
Organe reliant l’embryon, puis le fœtus, à l’utérus de la femme pendant la grossesse. C'est la voie d’apport des éléments nécessaires au développement de l’embryon et du fœtus. C’est également une glande qui assure le maintien de la grossesse par ses sécrétions hormonales.
Geste chirurgical, réalisé sous contrôle échographique, qui permet d’aspirer le liquide folliculaire contenant les ovocytes. Elle est effectuée à l’aide d’une aiguille reliée à une seringue ou à un système d’aspiration contrôlée.
Hormone féminine produite après l’ovulation par la glande qui s’est formée au niveau de l’ovaire après l’expulsion de l’ovocyte (corps jaune) et diffusant dans le sang. La progestérone favorise l’implantation de l’embryon.
Stade de maturation de l’ovocyte fécondé précédant la formation de l’embryon. Il s’agit d’un ovocyte fécondé ou les deux noyaux, celui du spermatozoïde et celui de l’ovocyte, sont encore visibles. Cet aspect permet de confirmer la fécondation.
Processus de fabrication des spermatozoïdes par les testicules.
Cellule reproductrice masculine (gamète), qui possède une tête et une queue (le flagelle).
Analyse biologique du sperme évaluant le volume du recueil, le nombre, la mobilité, la viabilité et l’aspect morphologique des spermatozoïdes.
Incapacité totale ou définitive pour un couple à concevoir, c’est-à-dire de débuter une grossesse.
Traitement médicamenteux à base d’hormones (injections ou comprimés), permettant de stimuler la maturation d’un ou plusieurs follicules par chacun des ovaires.
Organes masculins de la reproduction, au nombre de deux, situés dans les bourses. Encore appelés « gonades » masculines, les testicules produisent les spermatozoïdes et les hormones masculines (la testostérone principalement).
Canaux féminins (au nombre de deux) s’ouvrant dans la cavité de l’utérus. Ces canaux recueillent l’ovocyte après l’ovulation, transportent les spermatozoïdes vers l’ovocyte, et acheminent l’embryon jusque dans l’utérus.
Organe féminin de la reproduction comportant un col et une cavité (corps de l’utérus), dans laquelle l’embryon s’implante. C’est le site de développement de l'embryon puis du fœtus pendant la grossesse.
Enveloppe externe de l’ovocyte.
Stade de maturation de l’ovocyte fécondé précédant la formation de l’embryon. Il s’agit d’un ovocyte fécondé ou les deux noyaux, celui du spermatozoïde et celui de l’ovocyte, sont encore visibles. Cet aspect permet de confirmer la fécondation.
Retrouvez le centre
d'assistance médicale à la
procréation
le plus proche

Téléchargez le guide de l’AMP