L'autoconservation des gamètes

Qu’est ce que l’autoconservation des gamètes ?

couple hétérosexuel entouré d'un cercle violet, illustration simple

Il s’agit de la conservation de ses propres gamètes, par congélation pour les spermatozoïdes ou vitrification pour les ovocytes, pour éventuellement les utiliser plus tard, pour une FIV par exemple.

La loi de bioéthique de 2021 prévoit la possibilité d’autoconserver ses gamètes sans condition médicale et sans condition de don d’une partie des gamètes à autrui.

Il faudra néanmoins remplir des conditions d’âge pour pouvoir autoconserver ses gamètes :

  • Pour la femme à compter du 29ème anniversaire et jusqu’au 37ème anniversaire*
  • Pour l’homme à compter du 29ème anniversaire et jusqu’au 45ème anniversaire*

*Âge au moment du recueil des gamètes.

Les gamètes autoconservés par congélation ou vitrification pourront ensuite être utilisés :

  • Jusqu’au 45ème anniversaire pour les femmes
  • Jusqu’au 60ème anniversaire pour les hommes

Après le prélèvement, les gamètes sont conditionnés dans des paillettes, puis conservés dans de l’azote liquide à une température de – 196 °C après congélation ou vitrification.

Après avoir procédé à l’autoconservation de vos gamètes, vous devrez vous acquitter des frais annuels de conservation. Ces frais relatifs à la conservation des gamètes ne peuvent être pris en charge ou compensés, de manière directe ou indirecte, par l’employeur ou par toute personne physique ou toute personne vis-à-vis de laquelle la personne concernée est dans une situation de dépendance économique.

Découvrez la liste des centres habilités à l’autoconservation

Qu’est ce que la loi de biothétique de 2021 qui encadre l’AMP ?

La loi du 2 août 2021 modifie les dispositions légales de l’assistance médicale à la procréation (AMP), aussi appelée PMA (Procréation Médicalement Assistée) :

  • Elle élargit l’accès à l’AMP à toutes les femmes qu’elles soient en couple avec un homme, une femme ou célibataires.
  • Elle autorise l’autoconservation des gamètes sans indication médicale, et sans condition de don préalable.
  • Elle donne de nouveaux droits aux personnes nées d’une AMP avec tiers donneur.

L’autoconservation des gamètes en pratique

Pourquoi autoconserver ses gamètes ?

  • L’objectif de l’autoconservation des gamètes, spermatozoïdes et ovocytes, est de les avoir à disposition si, plus tard, un projet d’enfant devait nécessiter une AMP.
    Avec l’âge, les chances de procréer diminuent, la qualité des gamètes aussi et les risques pour la santé des enfants augmentent.
  • Ce phénomène physiologique est plus précoce et plus marqué chez la femme car la baisse de la réserve ovarienne diminue automatiquement les chances de maternité.
    Autoconserver ses gamètes ne garantit aucunement le succès et la naissance d’un enfant par insémination artificielle ou FIV. L’indication n’est pas d’ordre médical mais résulte d’un choix de la personne. C’est la nouveauté introduite par la loi de bioéthique de 2021.

Où se renseigner sur l’autoconservation de gamètes ?

Comment se passe le prélèvement des gamètes ?

Si les conditions d’âges fixées par décret en Conseil d’État sont respectées, après la prise en charge médicale par l’équipe clinicobiologique et avec le consentement écrit après information sur « les conditions, les risques et les limites de la démarche et de ses suites », les démarches peuvent débuter :

  • Pour les femmes : le prélèvement des ovocytes se fait par ponction des ovaires après une dizaine de jours de piqûres pour leur stimulation. Le parcours est long et contraignant, mais l’activation ovocytaire permet d’obtenir des ovocytes suffisants en nombre et qualité pour une future FIV.
  • Pour les hommes : plusieurs recueils par masturbation sont effectués au laboratoire.

Où réaliser une autoconservation des gamètes ?

Dans un centre d’AMP au sein d’un établissement de médecine autorisé pour cette activité.
La liste des centres d’AMP est consultable sur la page dédiée : https://www.procreation-medicale.fr/les-centres-autorises/

Et après le prélèvement, que se passe-t-il ?

Après le prélèvement, les gamètes sont congelés puis conservés dans l’azote à une température de – 196 °C. Si vous avez demandé l’autoconservation de vos gamètes, vous devrez, chaque année, vous acquitter des frais pour le service de conservation.

feuille simplifiée qui ressemble à une feuille de soins, illustration de gamètes insérée dans l'image

Chaque année, vous devrez également indiquer si vous souhaitez :

  • les conserver
  • les utiliser en vue d’une AMP
  • en faire don à des personnes en attente d’un don de gamètes
  • en faire don à la recherche scientifique
  • mettre fin à leur conservation

Il est important de noter que pour une autoconservation de spermatozoïdes, la personne peut à tout moment consentir à ce qu’une partie des spermatozoïdes recueillis soit dédiée au don.
En l’absence de réponse aux relances pendant 10 ans consécutifs, vos gamètes seront détruits.
À noter qu’en cas de décès la conservation est arrêtée, sauf si vous avez consenti de votre vivant au don ou à la recherche en médecine.

Illustration simple pour montrer une idée de soutien. Une main est au-dessus de deux personnes comme pour les protéger.

Quel est le coût de l’autoconservation de gamètes ?

  • Les actes liés au recueil ou au prélèvement des gamètes dans le cadre de l’autoconservation seront pris en charge par l’Assurance Maladie.
  • Toutefois, le coût de la conservation des gamètes n’est pas pris en charge par l’Assurance Maladie et reste à la charge des assurés à hauteur de 40,50€ / an.

La newsletter de l’Agence de la biomédecine

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir tous les conseils et actualités sur l’assistance médicale à la procréation.

Cette page vous a t-elle été utile ?
4.6
25