Agence de la biomédecine
Assistance médicale à la procréation - Retour à l'accueil

Sexualité

Préserver l’amour et le désir

Les difficultés à concevoir ont un retentissement majeur sur la sexualité du couple mais cette question demeure taboue et souvent méconnue. De nombreux couples avouent s’abstenir de rapports amoureux en dehors de la période d’ovulation. La finalité de leur sexualité n’est alors plus la rencontre des corps et le plaisir, mais uniquement la procréation.

Vous pouvez avoir une vie sexuelle épanouie. Le contraire est une idée reçue ! Pour optimiser vos chances, l’abstinence avant le prélèvement de sperme ne doit d’ailleurs pas dépasser trois jours… Cela dit, vous n’éviterez sans doute pas le sentiment de « faire un bébé à l’hôpital » et de passer à côté de l’amour et de la tendresse associés à cet acte. Par exemple, lors d’une ponction d’ovocytes pour une fécondation in vitro, tandis que la femme est emmenée au bloc, l’homme part au laboratoire pour le prélèvement de sperme. C’est assez loin de l’idée romantique qu’on s’en fait. Il est vrai que ce n’est pas toujours facile de se sentir un couple dans ces conditions. Gardez confiance en vous deux.

Un impact sur la sexualité souvent vécu différemment par les deux partenaires

Pour les femmes, la sexualité fait partie d’un tout qui intègre aussi le travail, la vie familiale… Tout dysfonctionnement dans cet ensemble peut avoir des répercussions sur la sexualité.

L’homme en revanche est généralement capable de faire abstraction d’un problème rencontré au cours de la journée et désirer avoir des rapports sexuels le soir. D’où une incompréhension qui s’installe entre un homme toujours désireux de faire l’amour et sa compagne, devenue plus « lointaine ».

Par ailleurs, les hommes dont la capacité reproductive est altérée peuvent se sentir amoindris dans leur virilité. Cela peut entraîner des pannes sexuelles et dans certains cas une véritable impuissance ou des comportements d’évitement (par crainte de l’échec, l’homme refuse les rapports conjugaux).

La virilité, culturellement rattachée à des qualités de courage et de force, n’a rien à voir avec la fertilité. Ce n’est pas parce que les spermatozoïdes ne sont guère « vaillants » que les qualités d’homme sont atteintes. La capacité à avoir des rapports sexuels n’a rien à voir avec la présence ou l’absence de spermatozoïdes.

Quelques idées pour vous aider à préserver le désir :

  • Ne vous focalisez pas sur les rapports « programmés » qui dépoétisent totalement la relation sexuelle. L’idéal n’est pas de faire l’amour le jour même de l’ovulation mais d’avoir des rapports réguliers.
  • Faites une pause, prenez des vacances et retrouvez le plaisir des rapports spontanés.

En tout état de cause, il ne faut pas laisser s’installer un trouble chronique de la sexualité. Le recours à un psychologue, voire à un médecin sexologue, peut aider à dénouer une situation délicate. N’hésitez pas à frapper à sa porte, d’autant que les spécialistes savent à quel point les troubles de la procréation maltraitent le désir amoureux et impactent la sexualité d’un couple.