La loi de bioéthique en cours d’examen au Parlement apportera des modifications sur le cadre de l’assistance médicale à la procréation. Les contenus de ce site seront actualisés une fois la loi promulguée et, au fur et à mesure de la publication des décrets d’application.

Les causes de l’infertilité

La fertilité peut être affectée par de multiples facteurs : âge de la femme, âge de l’homme, maladies génétiques, diverses pathologies générales ou leurs traitements, expositions à certains produits toxiques, traumatismes, facteurs environnementaux, parfois psychologiques…

Le médecin pourra attirer votre attention sur certains comportements également susceptibles de diminuer les chances de succès d’avoir un enfant ou d’augmenter les complications durant la grossesse (fausse couche, malformation…).

Parmi ceux-ci figurent :

  • Le tabac
  • La consommation excessive d’alcool, chez la femme comme chez l’homme
  • La prise de drogues : cannabis, héroïne, cocaïne, hallucinogènes…
  • L’excès de poids et la maigreur excessive chez la femme

Quand faut-il s’inquiéter ?
En théorie, il est raisonnable de consulter après une période de 18 mois à 2 ans de rapports sexuels réguliers sans grossesse. Dans les faits, tout dépend de votre âge et de vos antécédents. Pour un jeune couple sans risque connu, la « règle des 18 mois » peut s’appliquer. Pour un couple plus âgé, ou ayant un passé gynécologique ou andrologique laissant supposer une possible hypofertilité, mieux vaut ne pas trop tarder pour pratiquer un spermogramme chez l’homme et un bilan hormonal chez la femme.

 

Qui consulter ?

L’interlocuteur privilégié reste le gynécologue ou le médecin traitant. Après un entretien approfondi visant à identifier d’éventuelles causes simples et explicables d’infertilité, il pourra proposer une première série d’explorations : courbes de température, test d’ovulation…

Selon votre situation, il pourra prescrire des traitements pour stimuler l’ovulation de la femme ou vous adresser rapidement à un centre pluridisciplinaire d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). Il peut aussi arriver qu’il vous oriente vers un confrère andrologue, endocrinologue, urologue, généticien, psychologue ou un professionnel diplômé en sexologie.

Le centre d'assistance médicale à la procréation le plus proche de chez vous

Les Centres de dons

Le centre d'assistance médicale à la procréation le plus proche de chez vous

Trouvez les coordonnées d'un centre près de chez vous

Retrouvez le centre
d'assistance médicale à la
procréation
le plus proche

Téléchargez le guide de l’AMP