Des équipes de recherche ont noté sur un très petit nombre d’enfants ou de jeunes adultes conçus par fécondation in vitro, en comparaison avec une population témoin du même âge, des anomalies échographiques sur les vaisseaux sanguins, sans que les personnes ne présentent de signe de maladie.

Ces données nécessitent d’être vérifiées en observant un plus grand nombre de personnes nées après une FIV et les conséquences éventuelles sur leur santé ultérieure doivent être explorées, notamment à l’âge adulte.

Le risque cardiovasculaire faisant intervenir de multiples facteurs, les études à venir devront préciser la part des effets liés aux techniques d’AMP de ceux liés aux antécédents familiaux et au mode de vie de la personne concernée (alimentation, activité physique, etc.).